Michka Saäl

Extrait        Critiques

52830893_352561695348610_2965632543740657664_n.jpg

Publié au Canada par les Éditions du Loin

ISBN 978-2-9818030-0-9

149 pages

13,05 $

10,00 €

Comment acheter le livre (au Canada et ailleurs)

1. Directement des Éditions du Loin.

2. Dans certaines librairies indépendantes à Montréal : Le Port de tête, L’Écume des Jours, L’Euguélionne et Le Librarie du Square-Carré Saint-Louis. Le nombre d’exemplaires étant restreint, nous vous conseillons d’appeler la librairie pour être sûr qu’il lui en reste.

3. Auprès de votre libraire préféré, en utilisant l’ISBN 978-2-9818030-0-9.

 

Extrait

L’invention de l’écriture

     Un énorme cri transperce la nuit. Le braiement d’un âne qui s’étire en longs sanglots.  La lune est partout dans la lucarne bleue de nuit. La lune avec des yeux, une bouche, un sourire. Un phare illumine la cave et s’arrête dans un coin. Je ne bouge pas. Le rayon de lune se déplace doucement et me chatouille le nez, les boucles, puis repart et s’arrête dans le même coin, insistant. Les dents serrées, j’envoie la main à l’aveuglette dans le coin, sous une planche et en ramène un vieux paquet jaunâtre avec une ficelle sale autour. Je le rejette, me détourne. Le rayon me suit, m’attire vers le vieux paquet qu’il éclaire comme une diva. D’accord, je ramasse. C’est un petit carnet écorné, à la couverture de carton jaune et délavée, au ressort tout aplati. Un petit carnet lamentable mais ventru, auquel  un bout de crayon mâchonné pend par une petite corde.

     Je l’ouvre. Au début des listes d’épiceries en arabe, des comptes, des taches d’huile. Après, des pages à peu près blanches. Je me mets à écrire, par moments je suce le crayon pour encourager la mine. Dehors l’âne se marre, les grillons chantent, j’écris. La lumière change, le jour se lève, j’écris. Je m’absorbe, je m’applique. J’écris l’histoire d’un âne qui a de l’encre sur les doigts, d’un bébé au ventre mordoré, et d’un rayon de lune capable d’exploser les gargoulettes. 

     La porte grince. Le petit carnet jaune palpite au creux de ma chemise. Je suis prête.

     Si l’histoire s’arrêtait là, elle serait plutôt touchante, jolie presque. Prête pour quoi, prête à plonger dans son propre mythe empêché, prête à traverser toute une vie de terreurs nocturnes et d’angoisses ataviques, prête à entretenir des rêves éveillés et à me constituer brodeuse à temps plein, sur lacis de mémoire ?

Critiques

 
59846257_386680375267424_7446541236116127744_n.jpg

Les mots de Michka Saäl

“On s’ennuie de la brillante et allumée Michka Saäl, cinéaste et scénariste davantage d’origine juive tunisienne disparue le 9 juillet 2017. Celle qui a réalisé le documentaire L’arbre qui dort rêve à ses racines écrivait aussi. La Lune des coiffeurs, publié de façon posthume aux Éditions du Loin, tout en fragments de vie sensibles et intelligents, divan de références culturelles, entre Tunis, Paris, Montréal et ailleurs révèle une plume vibrante et un sens aigu de l’observation et de l’introspection qui nous font regretter qu’elle n’ait pas publié davantage.”

Odile Tremblay, Le Devoir, 6 avril 2019

59401118_330738900920668_421254515560284160_n.jpg

Qui es-tu Michka Saäl ?

“C’est très bien écrit…. (sa) voix est même plus forte à l’écrite qu’au cinéma.”

Radio-Canada Première Plus on est de fous, plus on lit!

Marie-Louise Arsenault et Martin Bilodeau

9 avril 2019 (9 minutes)

Cliquez ici pour le lien

59469435_813396405707284_7643963462325895168_n.png

Des lunes à vivre pour mieux se souvenir *** 1/2

"...On a lu ces dévotions passionnées pour l'existence, textes poignants, avec un étrange plaisir, mêlé de compassion et d'admiration pour une femme aux identités multiples, s'y référant, désordonnée, semblable aux êtres voyageurs qui se cherchent une terre d'adoption. Point d'ancrage enfin acquis, sans pour autant se soustraire à une courte allégorie désignant la force de la chevelure, celle-ci symbolique désir compulsif de vivre, qu'il faut faire couper les nuits de pleine lune…"

Dominique Blondeau, Ma page littéraire, 1 avril 2019

Cliquez ici pour le lien

La Lune des coiffeurs

"…Le titre fait rêver. À l'image de ce joli livre posthume de la regrettée Michka Saäl. Entre fiction et souvenirs, passé et présent, la réalisatrice tisse une toile poétique et enveloppante de sensations familières, reliées à l'enfance et l'identité. Très personnels, ces courts récits se dévorent rapidement, laissant une impression de chaleur et de beatitude…”

Martin Gignac, Requiem pour un film, 26 mars 2019

Cliquez ici pour le lien

 

Arts et Lettres, Radio VM

Michka Saäl et Mark Foss, tournage de  Spoon  en Californie, 2015. Photo : Sylvestre Guidi.

Michka Saäl et Mark Foss, tournage de Spoon en Californie, 2015. Photo : Sylvestre Guidi.

Entrevue avec Mark Foss, éditeur des Éditions du Loin, qui parle du livre de Michka, de son cinéma, de ses préoccupations artistiques et de sa vie, et de comment ils résonnent (ou non) entre eux.

Extraits audio de ses films Loin d'où ? et Spoon. Pour finir, un extrait de Michka, musique écrite par Jean Derome pour son film La Position de l'escargot.

Claudine Bertrand, Arts et Lettres, Radio VM, Montréal, 17 avril 2019

Cliquez ici pour le lien