Michka Saäl
 
 

Bienvenue sur le site officiel de Michka Saäl

 

Tout ce que je sais, je l'ai appris dans les films (et dans les livres). Au cinéma, j'ai appris à beurrer une biscotte, à courir en zigzag, à embrasser sur la bouche, à envisager l'autre, tous les autres, à réfléchir à la notion du temps, à regarder au-delà de la mort.

Carte blanche à Michka Saäl, Ciné-Bulles, Vol 9, No 4, 1990

 
sea 2 DSC00616.jpg

Bio

Née en Tunisie, Michka Saäl arrive au Québec dans les années 80 où elle poursuit et aboutit ses études en cinéma. Elle s’installe à Montréal. Entre 1989 et 2017, elle a réalisé 13 films, fictions et documentaires. En juillet 2017, elle nous a quittés des suites d’une maladie. Elle a laissé deux films en cours de post-production, ainsi qu’un livre de récits inédits, La Lune des coiffeurs. Son livre, et ses deux derniers films, vont sortir d’ici 2019.

Michka desk.png

Filmographie

Michka Saäl a scénarisé et réalisé 13 films pendant sa carrière de 30 ans, les deux derniers ayant été complétés après sa mort en 2017.  Cliquez sur “En savoir plus” pour explorer son œuvre. Des liens vers les bandes annonces, des extraits ou le film même ; des critiques de journaux et revues, y compris plusieurs liens ; et ses secrets de tournage tirés d’entrevues ou d’articles, ainsi que ceux de plusieurs membres de ses équipes.

 Sortie en 2019

Sortie en 2019

Les Aventuriers

« Un film sur les personnages qui tracent leur lien lumineux entre vie et création, entre éthique et esthétique, et ce qu'ils ont réussi de mieux, c'est leur vie. »

China Me

« Je reste consciente que mon regard, aussi averti soit-il par mes recherches, reste un point de vue occidental, personnel, parcellaire et partial, sur une réalité chinoise. Et j’en revendique la subjectivité. »

Le violon sur la toile

« Le cheminement d'Eleonora Turovsky correspond en partie au mien. Mon film parle en filigrane de l'exil et des racines. Eleonora est étrangère, juive, et c'est une artiste comme moi. Je lui ai consacré mon film, mais à travers elle c'est aussi de moi que je parle. »

New Memories

« Je pense qu’il y a là une histoire de vie et de mort, d’art et de survie, qui en vaut, littéralement, la peine. »

Prisonniers de Beckett

« Certains moments du film sont plus “documentaires” que d'autres. Finalement, c'est ce glissement perpétuel entre réalité et fiction qui me passionnait le plus. »

Tragédia

 « Le ton du film est entre tragédie et comédie, quelque part dans un no-man’s land de circonstances extrêmes — où le temps semble arrêté, où tu peux raconter toute ta vie à un étranger, où les sentiments apparaissent comme la vérité. »

Loin d’où ?

« Le froid, la neige, l'hiver en noir et blanc, creusaient encore plus le manque de chaleur, des couleurs et des odeurs de la Tunisie. »

A Great Day in Paris

« Au-delà des histoires de discrimination, de racisme et d’exil, un film sur la façon dont les traditions de jazz se transmettent et s’étendent. Et si la vraie identité de ses musiciens était dans la musique elle-même ? »

Zéro tolérance

« L'actualité des abus, des harcèlements et des délits de faciès commis par certains policiers envers des minoritaires de tous bords ont réveillé en moi la conscience du droit à la différence.»

L’arbre qui dort rêve à ses racines

« Lorsqu'on transplante une arbre, on le déplace avec ses racines. Autrement il meurt. Il en va de même avec les immigrants. Leur passé et leur culture les accompagnent intimement. »

Spoon

« Je vois ce film comme un essai de réponse à des questions que je me pose toujours : La poésie efface-t-elle les barreaux, défie-t-elle le temps, justifie-t-elle la survie, en créant l’espace d’une liberté intérieure ? »

La position de l’escargot

« J’ai commencé à écrire ce film à partir d’une prémisse complètement fantasmée : qu’est-ce qui se passerait si, un jour, mon père que je ne connais pas sonnait à ma porte ? »

Nulle part, la mer

« Une image de femme courant dans la forêt couverte de sang et qui, après s’être imprimée dans mon esprit, ne voulait pas me lâcher. »

Écriture


 

La Lune des coiffeurs

Dans les années 2000, Michka a terminé son premier et seul livre de récits. Il sera publié en 2019. D'ici là, voici la description du livre .

En punition dans une cave, la narratrice du livre découvre un misérable petit carnet et un crayon mâchonné. Un rayon de lune illumine la cave, et elle écrit une histoire jusqu’à l’aube, pour calmer sa peur et ne pas être seule. Un premier geste de consolation par l’art.

« La porte grince. Le petit carnet jaune palpite au creux de ma chemise. Je suis prête.

Si l’histoire s’arrêtait là, elle serait plutôt touchante, jolie presque. Prête pour quoi, prête à plonger dans son propre mythe empêché, prête à traverser toute une vie de terreurs nocturnes et d’angoisses ataviques, prête à entretenir des rêves éveillés et à me constituer brodeuse à temps plein, sur lacis de mémoire ? »

Bien sûr, l’histoire ne s’arrête pas là. Pour Michka Saäl, il faut aller jusqu’au bout, toujours, peu importent les conséquences.

Avec Loin d’où ?, son premier court métrage en 1989, Michka Saäl a séduit le public québécois. Une voix douce et poétique se souvient d’une enfance en Afrique du Nord, piégée entre la chaleur du désert et les mystères de la mer, pendant que défilent les images de neige et de glace de son pays adoptif.

Trente ans après son premier film, comme si le temps avait été suspendu, cette voix revient dans son premier livre, La Lune des coiffeurs. La narratrice du film, sa fugue empêchée par la mer, réussit dans le livre à traverser l’océan et à retrouver sa mère en France. Elle grandit, toujours en recherche d’une identité et de sa place au monde, bouleversée par sa « nouvelle » identité juive. Suivent une deuxième fugue en Israël, un retour en France et puis le Canada, pays de refuge où elle rêve à ses racines. Elle confie :

« Je n’invente rien mais ce que j’imagine m’appartient… Je voudrais frotter la mémoire jusqu’au sang. »

Tout comme son cinéma, le livre glisse entre le vrai et l’inventé, le présent et le passé. Il insiste sur l’importance de la mémoire et adopte l’art sous tous ses formes comme  mode d’emploi. Pas étonnant, alors, que ce livre emprunte librement images, détails, souvenirs et histoires de la vie de Michka Saäl, ainsi que de ses films, documentaires et fictions. Une connaissance de son œuvre cinématographique et de sa vie peut donc ajouter un deuxième degré au livre, mais suscite finalement plus de questions que  réponses. Ce qu’elle aura aimé.


Retour

 
 
 
La Miche redone.jpg
 

Joindre

Veuillez compléter le formulaire ci-dessous

Nom *
Nom
Prénom Nom